Rémy Porte vient de recenser mon ouvrage Les poilus juifs d'un régiment provençal sur le blog Guerres et conflits.

         Guerres & conflits

"Nous avions lu avec beaucoup de plaisir il y a deux ans le précédent ouvrage d'Olivier Gaget, Un officier du 15e corps. Carnets de route et lettres de guerre de Marcel Rostin (1914-1916)ici, et nous le retrouvons avec cette analyse non pas limitée à la guerre du 112e RI, mais étendue à la façon dont les soldats juifs de ce régiment vécurent le conflit.

Dans son introduction, Jean-Yves Le Naour, parlant de micro-histoire, présente ce livre comme "un modèle de ce que représente le travail d'historien", en particulier sur le plan de la recherche des sources et de leur analyse. Le panel sur lequel travaille Olivier Gaget est effectivement limité (la plaque apposée dans la synagogue de Nice en 1923 compte 18 noms et quarante-neuf militaires au total ont pu être traités), mais il est tout aussi vrai que l'auteur tire le maximum de tous les éléments qu'il a pu retrouver. 

       P1050435

Après avoir présenté la communauté juive avant 1914 puis l'organisation du régiment avant la Grande Guerre, il tente une analyse statistique du devenir de ces soldats durant la guerre, et il faut sans doute prendre soin à ne pas donner à ces chiffres trop d'importance, tout au plus un ordre de grandeur ("Parmi les 2.820 morts pour la France du régiment entre 1914 et 1919, quinze poilus juifs ont été recensés, soit 0,53%"). Le chapitre 2 raconte, avec de nombreuses citations, la campagne de ces soldats sur les différents fronts ; puis le chapitre 3 dresse le portrait de trois officiers emblématiques : le député Moïse Maurice Bokanowski, le lieutenant Maurice Bertman, fantassin passé dans l'aéronautique ; et le capitaine Georges Ascoli, cinq fois cité. Les trois chapitres qui suivent sont plus originaux (chap. 4 "Foi religieuse et pratique du judaïsme", chap. 5 "Analyse du corpus et de quelques impressions suscitées par la guerre", chap. 6 "Anthropologie des combattants"), car ils centrent des thématiques assez classiques (la religon dans la guerre, la mort racontée, l'évolution du moral, les permissions, le statut personnel et familial de ces soldats, etc.) sur ce panel particulier des poilus juifs d'un régiment de Provence, et l'on constate qu'ils ne diffèrent pas substantiellement de leurs camarades, sauf peut-être dans l'expression d'un patriotisme peut-être plus fortement ancré encore. Dans les annexes, Olivier Gaget aborde la question de l'antisémitisme politique et l'on croise parmi d'autres Simon Sabiani, dont il détaille le parcours durant l'entre-deux-guerres. 

Une étude originale et de belle qualité, sur un thème très rarement traité. À lire et à conserver avec soin.

Publibook, Paris, 2014, 286 pages, 28 €uros.
ISBN : 978-2-342-02108-0"

Retrouvez ces lignes ici.